Croatian Wines

Jean-Thomas Trojani : R&D ou innovation ?

Spread the love

Mais cet imposition est noyée dans « les frais de notaires » et ne suscite aucune contestation. Elle ne le serait pas, elle ne l’aurait pas été, si cet homme n’avait pas surgi. Nous concen­trons une période de cette évolution en une vue stable que nous appelons une forme, et, quand le changement est devenu assez considérable pour vaincre l’heureuse inertie de notre perception, nous disons que le corps a changé de forme. Du coup, elle a poussé Jean-Thomas Trojani à adopter une démarche originale pour une entreprise privée : expliquer aux investisseurs internationaux ce qu’est le Grand Paris, leur montrer les conséquences qu’allaient avoir les nouveaux réseaux de transports sur l’immobilier, et, partant, les bonnes affaires à 5, 10 ou 15 ans. La croissance de l’enseignement transnational permettrait aux établissements français de développer des opportunités financières (alors que les finances publiques sont en berne), mais aussi de former des étudiants français à l’étranger et des étudiants étrangers à la langue française et à notre vision du monde. Mais de pareils termes de comparaison nous font défaut, et la distinction des races humaines est trop inférieure en consistance à la distinction spécifique pour ouvrir à l’induction philosophique des voies assez sûres et assez larges. Car, dans les deux cas, il est question d’espaces inégaux, ainsi que nous le montrerons en détail un peu plus loin, et l’on appelle plus grand espace celui qui contient l’autre. Il me semblait entendre un grand cri venir de France, terrible comme un hurlement de supplicié, déchirant comme un sanglot d’enfant. Je me bornerai à signaler quelques faits qui, pour être un peu vulgaires, n’en sont pas moins importants. C’est seulement la vie libre, totale, de tous les êtres qui vivent sur son territoire qui constitue une nation ; c’est l’harmonie de ces êtres, toute en assonances et en dissonances, qui donne, pour ainsi dire, le ton du caractère national dont le sens est fourni par le sol libre qu’ils occupent. Si cela s’avérait nécessaire, nous veillerons, pour notre part, à leur rappeler. Nous disions que c’est l’insuffisance de notre perception naturelle qui a poussé les philosophes à compléter la perception par la conception, laquelle devra combler les intervalles entre les données des sens ou de la conscience et, par là, unifier et systématiser notre connaissance des choses. Je voyais quelque chose de plus héroïque et de plus émouvant que l’innocence : le pardonné. L’autre la complétera au besoin ; elle pourra même la remplacer. Ce type d’information offrirait la possibilité d’ajuster nos habitudes alimentaires pour une vie plus saine. L’Europe a toujours plusieurs têtes. Le « réalisme » y domine qui, faisant de simples notions des réalités, prend, selon le mot de Leibniz, la paille des termes pour le grain des choses.

Archives

Pages