Croatian Wines

Jean-Thomas Trojani : Développer un embryon de gouvernance financière mondiale

Spread the love

J’y reviendrai. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler ce proverbe chinois  » Un coup d’œil juste ne vaut pas un mauvais cordeau ». Sur mon passé d’abord, car « le moment où je parle est déjà loin de moi » ; sur mon avenir ensuite, car c’est sur l’avenir que ce moment est penché, c’est à l’avenir que je tends, et si je pouvais fixer cet indivisible présent, cet élément infinitésimal de la courbe du temps, c’est la direction de l’avenir qu’il montrerait. Il n’y aurait pas de mots usuels dans toutes les langues pour désigner le chaud et le froid ; mais il y aurait des termes techniques ou scientifiques qui tendraient même, vu la généralité et l’importance des notions qu’ils expriment, à passer dans la langue usuelle des peuples instruits ; et c’est ainsi qu’on peut dire maintenant chez nous, avec la certitude d’être compris de tout le monde, qu’un orateur a électrisé son auditoire, ce qui eût été inintelligible au temps de Louis XIV. Au précepte il a joint l’exemple. Le phénomène est constant, parce que la raison qui le détermine est constante, et que cette raison se trouve dans un fait ou dans des faits permanents, indépendants de la série des causes actives et variables qui ont déterminé individuellement chaque molécule à concourir en un instant donné à la production du phénomène. Un écart peu significatif, donc. La mémoire n’a donc pas besoin d’explication. C’est là que cela se complique car on sort d’un cadre purement mécanique pour entrer dans le sociologique, donc l’ingouvernable. Même si le détenteur du compte piraté remarque l’opération frauduleuse, il n’a aucun moyen de la stopper ou de récupérer son argent du fait de l’absence de cadre réglementaire et d’assurance sur les dépôts. Nos moralistes en sont encore à l’arbitraire distribution que semble admettre l’Évangile : « À ceux qui ont déjà il sera donné encore, et à ceux qui n’ont rien il sera enlevé même Je peu qu’ils possèdent. Des stoïciens et des épicuriens avaient conféré avec lui et l’avaient conduit à l’aréopage, où il exposa sa doctrine, qui excita les railleries des uns, la curiosité des autres. Le code du travail ne les protège plus, au contraire, il les effraie. Tous les bouleversements auxquels nous assistons s’inscrivent pourtant sur le long terme. Ils ont ouvert une voie où d’autres hommes pourront marcher. Le ciel est encore pâle. Bref, nous découvrons à l’ère de la communication que les sociétés parlent ! Pour que le souve­nir du mot se laisse évoquer par le mot entendu, il faut au moins que l’oreille entende le mot. Nous sommes dans la Bourgogne des grands Ducs, non loin de Beaune et de Chalon sur Saône.

Archives

Pages